background image
.

 

 

BIOGRAPHIE

1900

Jacques Zwobada est né à Neuilly le 6 août 1900. Sa famille était d’origine slave par son père, entrepreneur de peinture, parisienne et picarde par sa mère.
Les Zwobada étaient installés en France depuis le XVIII° siècle. Enfance et adolescence bourgeoises à Neuilly, études au lycée Pasteur. Sa passion pour le dessin s’éveille dès ses 17 ans. il reçoit peu après le choc de Rodin dont la sculpture le marquera toute sa vie.

1918

Mai 1918 : inscrit à l’atelier de sculpture Injabert à l’École des Beaux Arts.

1923

Mai 1923 : Admis à l’École des Beaux Arts à titre définitif.

.

 

 

BIOGRAPHIE

1925 – 1926

Reçoit, quoiqu’ étant encore étudiant, la commande d’un monument au musicien André Caplet au Havre. Le monument sera détruit lors des bombardements en 1944.

1926

Médaille d’or de l’Exposition des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de 1925.

1928

16 avril : Premier logiste pour le concours du Prix de Rome.
10 juillet : Deuxième second Grand Prix de Rome.

1929

Premier prix, avec le sculpteur René Letourneur, du concours international pour le monument de Bolivar à Quito, Equateur. Le jury était présidé par Maillol. Zwobada et Letourneur mettront quatre ans à exécuter ce monument colossal à sa grandeur réelle dans les ateliers qu’ils ont installés à Fontenay-aux-Roses.

Zwobada travaillera à Fontenay sa vie durant.

.

 

 

BIOGRAPHIE

1933 – 1936

Acquisition par le Musée de Belfort de  2 bustes en bronze, 1 tête en plâtre, 1 bas-relief en plâtre, 1 torse en terre.

1934

Nommé professeur à l’École des Arts Appliqués il occupera ce poste jusqu’en 1962.

1935

Commence à exécuter de nombreux bustes.

1944

Chargé de cours à l’École Normale Supérieure de l’Enseignement Technique.

1945 – 1948

Professeur à l’Académie de la Grande Chaumière.

1948 – 1952

Professeur de composition et de dessin à l’Académie Julian.

.

 

 

BIOGRAPHIE

1948 – 1950

Détaché par le Ministère des Affaires Étrangères comme professeur à l’École des Beaux-Arts de Caracas et conseiller artistique du gouvernement vénézuélien.
Zwobada reçoit, en 1948, le Grand Prix de Sculpture du Salon annuel de Caracas.

1950

Sollicité par deux architectes français installés à Caracas, après son retour à Paris, afin de concourir pour un monument au héros national vénézuélien, le général Miranda, il exécute ou reprend à Fontenay plusieurs maquettes d’une grande frise de figures mouvementées. Mais le projet est abandonné.
3 avril 1956 Sa femme, Antonia, meurt. Zwobada décide de lui élever dans le cimetière de Mentana, près de Rome, un monument funéraire que dessinera son ami l’architecte Paul Herbé, où il voudrait réunir l’essentiel de ses sculptures.
Ce projet qui ne sera que partiellement réalisé, est toujours en cours d’achèvement.

.

 

BIOGRAPHIE

3 avril 1956

Sa femme, Antonia, meurt. Zwobada décide de lui élever dans le cimetière de Mentana, près de Rome, un monument funéraire que dessinera son ami l’architecte Paul Herbé, où il voudrait réunir l’essentiel de ses sculptures.
Ce projet qui ne sera que partiellement réalisé, est toujours en cours d’achèvement.

1962

Nommé professeur correcteur à l’École des Beaux Arts.
Chevalier des Arts et lettres.

1963

Chevalier de la Légion d’honneur.
Exécute 3 tapisseries aux Ateliers Pinton à Aubusson.

1967

Nommé professeur de dessin stagiaire (2e groupe) à l’École des Beaux-Arts.
Zwobada meurt à Paris le 6 septembre.
Il est enterré près de sa femme dans le monument funéraire de Mentana.

.

 

BIOGRAPHIE

1975

Médaille Jacques Zwobada réalisée par Robert Couturier pour le Club Français de la Médaille.

1980

Conférence de Roger Plin :  » Un Maître, Créateur Intemporel : Jacques Zwobada  » à l’amphithéâtre de la Sorbonne.

1993

Présentation de la monographie :  » Zwobada  » à l’Institut du Monde Arabe en présence de Madame Jacques Chirac.

1996

Donation de  » Métamorphose  » 1954, bronze 120 x 53 x 35 cm au Président Vaclav Havel, Prague, République Tchèque.